Il y a moins d’une semaine, le 7 novembre pour être précis, la firme de Redmond s’est fendue de plusieurs annonces qui méritent un éclairage particulier. Ainsi, nous avons appris que le moteur du service d’hébergement de conteneurs pour le cloud de Microsoft, Azure Container Service (ouvert depuis avril), passait en open source et que divers supports lui étaient dorénavant affiliés dont Kubernetes.

Ouverture et gain de temps

De plus en plus d’entreprises usent de conteneurs afin de se faciliter la vie au moment de créer leurs applications convaincus par la facilité du procédé : il est en effet possible de placer une application ou une partie d’application dans un conteneur pour pouvoir ensuite le faire passer à volonté d’un serveur local à un autre ou d’un serveur local à un cloud public ou encore d’un cloud public à un serveur local. Néanmoins, beaucoup d’utilisateurs étaient moins séduits par le temps de déploiement et de diffusion des applications stockées, trop long et trop compliqué à leur goût. Afin d’optimiser cet aspect, Microsoft a décidé de passer le moteur d’Azure Container Service en open source afin que la diffusion soit bien plus rapide. Ce changement permet en outre l’affiliation de support tel que Kubernetes, le logiciel de gestion de conteneurs, ce qui sonne comme la promesse d’un déplacement (et d’une diffusion) des applications stockées dans les conteneurs bien plus rapide

Allié au support Kubernetes, le passage d’Azure Container Service en open source témoigne de la volonté de la firme et rassure les clients quant à la réactivité de Microsoft au moment de faire évoluer ses services.