Dire que Microsoft est une société bien implantée dans le milieu des entreprises relève de l’euphémisme. Et pourtant, malgré ce succès, la firme de Redmond accuse un temps de retard sur certaines fonctionnalités comme les messageries en temps réel par exemple. Il est donc on ne peut plus logique que Microsoft tente de remédier à ce problème.

Dernier de la classe

Devancé notamment par Slack sur le terrain de la messagerie d’entreprise, Microsoft a donc décidé de contre attaquer par le biais d’un nouveau service appelé Skype Team. Après avoir constaté les échecs de SharePoint ou encore Skype for Business, Microsoft se devait en effet de réagir et le résultat s’annonce alléchant : fonctionnalité de chat en groupe améliorés, qualité des discussions vidéos augmentée, interface aussi élégante qu’instinctive sans oublier l’insertion de coquetterie visuels facilitée (GIFs, emojis…). Mais l’argument massif qu’agite Microsoft pour convaincre en amont ses futurs potentiels clients est qu’il sera visiblement possible de suivre des fils de conversations en chat. Une fonctionnalité absente de l’offre de Slack et pourtant très appréciée des employés. Suffisant cependant pour grignoter un peu du succès de ses concurrents ?

Cropped shot of a mature businessman working at his deskhttp://195.154.178.81/DATA/i_collage/pi/shoots/806194.jpg

Réussite annoncée ?

Rien n’est moins sûr. Car à y regarder de plus près, hormis la possibilité de suivre des fils de conversations en chat, Skype Team n’apporte pas grand chose de plus que les autres services de ce type (Skype for Business…) estampillés Microsoft. Il semblerait donc que Skype Team tienne davantage d’une tentative de Microsoft de regagner des parts de marché avec ce qui s’apparente à un effet d’annonce. Ce qui pourrait faire le succès de Skype Team (et donc précipiter la chute de Slack) est plus à chercher du côté de sa commercialisation : Microsoft envisage en effet sérieusement de l’inclure à Office 365, ce qui permettrait aux utilisateurs de ne pas payer un surplus pour jouir de ce service. Contrairement à Slack qui nécessite un abonnement. Un détail qui pourrait bien faire la différence.